Aller au contenu principal

Les entreprises de construction confrontées à des problèmes d'approvisionnement

 18 May 2021
prijsstijging

Presque toutes les entreprises de construction doivent pour le moment faire face à des livraisons tardives et des problèmes d'approvisionnement, selon une enquête de la Confédération Construction.

De plus, les prix des matériaux de construction sont également revus à la hausse. Ainsi, 37 % des entreprises de construction ont connu des augmentations de prix de 15 % ou plus depuis novembre 2020. « Nous encourageons les entrepreneurs à travailler avec un prix du jour ou une clause de révision des prix pour les nouveaux contrats », explique Robert de Mûelenaere, Administrateur délégué de la Confédération Construction.

En ce moment, 97 % des entreprises de construction sont confrontées à des problèmes d'approvisionnement. 6 entreprises de construction sur 10 peuvent encore travailler en respectant les délais prévus, même si les délais d'exécution prévus sont de plus en plus mis en péril à cause de ces retards de livraison. Ces livraisons tardives risquent surtout de causer des problèmes à long terme : 22 % des clients ne sont pas d'accord pour reporter la livraison des travaux, tandis que 8 % annulent une commande en cours.

Ces problèmes d'approvisionnement provoquent une hausse des prix des matériaux de construction. Les augmentations de prix du bois, de l'acier, des métaux non ferreux, du ciment, du plastique, des matériaux d'isolation et des produits d'argile font de plus en plus souffrir le secteur. 37 % des entreprises de construction ont constaté des augmentations de prix de plus de 15 % pour ces produits depuis novembre 2020. De plus, un entrepreneur sur cinq prévoit encore plus d’augmentations de prix de 15 % et plus pour les trois prochains mois.

Selon une enquête de la Confédération Construction, ces augmentations de prix sont dans presque 90% des cas supportées par les entreprises de construction elles-mêmes. 24 % ont indiqué qu'ils répercutent une partie de l'augmentation sur le client, tandis que 13 % le font entièrement. Cette refacturation est uniquement possible par contrat, ou par solidarité.

Robert de Mûelenaere, Administrateur délégué de la Confédération Construction : « Nous encourageons les entrepreneurs à travailleur avec un prix du jour ou une clause de révision des prix pour les nouveaux contrats, afin que ces augmentations des prix aient moins d'impact négatif. En effet, il s'agit ici d'une méthode de travail équilibrée et transparente. Notre enquête montre que 4 entrepreneurs sur 10 travaillent avec un prix du jour pour les nouveaux contrats, et 3 sur 10 avec une clause de révision. »

Entre-temps, la Confédération ne reste pas inactive. Même si les problèmes d’approvisionnement et les augmentations de prix sont un problème mondial, nous pouvons jouer notre rôle. L'une des mesures proposées par notre organisation au Ministre fédéral de l'Économie Pierre-Yves Dermagne consiste à qualifier les circonstances actuelles comme exceptionnelles. Cela signifie que les risques ne doivent pas être supportés entièrement par l'entrepreneur, car il s'agit d'augmentations anormales des prix. En outre, la Confédération Construction, en collaboration avec ses organisations partenaires européennes, a demandé aux autorités de concurrence européennes de vérifier qu'il n'existe pas d'accords ou d'ententes entre les principaux acteurs qui influencent l’offre et les prix, tant au niveau européen qu'au niveau mondial.